Forum – Parents, exprimez-vous !


Grandir dans une société numérique. Le rôle de l’école. Le point de vue des parents

Du 14 au 16 novembre prochain auront lieu au lycée Molière de Saragosse des Rencontres #MlfNumérique. Elles réuniront tous les acteurs de la communauté éducative de chaque réseau géographique du réseau mlfmonde autour de la question du numérique : place du numérique dans les établissements et les pratiques pédagogiques, place du numérique dans la société et la nécessaire formation des élèves à ce que cela implique.

Un temps d’atelier permettra des échanges directs entre des parents, des personnels de direction, des référents pédagogiques et des référents techniques. Pour le préparer, nous vous proposons de répondre à quelques questions :

  • Le numérique est-il pour vous en tant que parent source d’inquiétude ou de vigilance ?
  • quels sont les usages numériques de votre/vos enfants ? est-ce que ces usages modifient les relations familiales ?
  • quel est selon vous le rôle de l’école pour former à vivre dans une société numérique ? quel est votre rôle ?
  • d’après vous, est-ce que le numérique présente une plus-value pour les apprentissages de vos enfants ? dans quels contextes ou sous quelles conditions ?

Vous pouvez également nous faire part de toute remarque relative à ce sujet.

Crédits
Bannière réalisée à partir des « bulles ensemble coloré » de Freepik

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

46 commentaires sur “Forum – Parents, exprimez-vous !

  • Sayagh mounir

    Bonjour,

    Je trouve l application du projet numériques au primaire dès le cm1 une décision risqué que je n approuve pas. En effet, le primaire a pour vocation de former l élève sur la maîtrise de la langue par la lecture, la dictée et les exercices. A cet age précoce il n est pas commode d utiliser une tablette pour de tels usages. Aussi, les risques sur la santé via l exposition aux écrans ainsi que le risque de manque de concentration que cela implique ne me réconforte pas.

    Cordialement

  • Kammouri Alami Kacem

    Bonjour,
    Je suis père de deux élèves (CM2 et MS)
    De mon point de vue, en primaire le ‘trop’ numérique présente plus une menace q’un avantage :
    – Il peut altérer les apprentissages de base de l’élève (lecture – écriture – calcul – recherche sur support papier …)
    – Il peut créer des problèmes d’addiction et de sociologie chez l’enfant et ne privilégie pas les rapports humains
    – Il risque de créer une confusion chez l’enfant entre le monde réel et virtuel
    Les usages actuels sont principalement jeux et multimédia. Les enfants voient, en le monde numérique, plus un outil de distraction qu’autre chose. Nous avons effectué quelques rares recherches assistées sur le Web en CE2 et CM1.
    En tant que parent, nous autorisons l’usage numérique sous surveillance et en temps très limité. Malgré cela, les enfants y sont très attachés.
    L’école doit mettre l’enfant en contact avec le numérique, lui faire connaitre tous ses avantages et ses inconvénients, bien préparer les enfants d’aujourd’hui au vrai monde numérique de demain qui les attend. Ceci sans pour autant que ce ne soit l’outil de base de travail de l’enfant. Les apprentissages avec les outils pédagogiques de base restent de mise.
    En bref, oui au numérique – non au tout numérique!

    Cordialement;

    • marisa rechenberg

      Tout à fait d’accord 🙂 moi même je vois la baisse de qualité de ma calligraphie après des années travaillant 80% du temps sur un clavier…et cela que nous avons été bien entrainés avec des stylos, plumes, crayons…

  • Belghali

    1/ Le numérique est-il pour vous en tant que parent source d’inquiétude ou de vigilance ?
    Pour rester concis, Le numérique est une source d’inquiétude extrême.
    2/ quels sont les usages numériques de votre/vos enfants ? est-ce que ces usages modifient les relations familiales ?
    Les relations familiales voire les relations humaines se sont déshumanisées. Rajouter à des enfants une surconsommation numérique est une catastrophe pédagogique, relationnelle, sanitaire.
    3/quel est selon vous le rôle de l’école pour former à vivre dans une société numérique ? quel est votre rôle ?
    Le rôle de l’école n’est pas de se substituer à celui des parents. Le rôle de l’école est d’offrir des choix et des alternatives et non pas d’imposer sa vision. Une vision qui reste contestée à l’échelle internationale.
    Le rôle des parents est avant tout celui de protéger, d’éduquer et d’accompagner. Le rôle des parents est d’être un garde-fou face aux abus en tous genres. Le rôle des parents est d’être un partenaire dans la vie des enfants et partenaire dans la co-éducation avec l’école. Il s’agit d’une relation tripartite où chacun doit exercer le rôle qui lui est dévolu.
    d’après vous, est-ce que le numérique présente une plus-value pour les apprentissages de vos enfants ? dans quels contextes ou sous quelles conditions ?
    Je retourne la question, quelle plus-value représente le numérique dans les apprentissages? Nous ne dirons pas aucune, nous ne sommes pas ignares au point de ne pas comprendre l’importance des nouvelles technologies dans les apprentissages. Seulement
    aucune étude scientifique n’a prouvé les avantages du numérique et la communauté éducative internationale en a signalé les dangers visibles ou cachés.
    Le numérique doit rester au choix de chaque famille. Le respect de l’avis de tout un chacun, tel qu’enseigné à l’ECOLE, doit débuter par le respect des choix.
    Une vision unilatérale ne peut ni adhérer ni fédérer. Une concertation, un libre arbitre et un libre choix sont sensés être les lignes de conduite à adopter. Le respect de l’avis des parents est une priorité.

  • wafaa raghib

    Ceci est mon point de vue personnel et n’engage que moi.
    1/ Le numérique en soi n’est pas une menace c’est plutôt l’usage qu’on en fait qui peut être source d’inquiètude pour moi.
    Nous sommes tous d’accord sur le fait que c’est le nouvel âge de l’écriture et la lecture et le système educatif se doit d’évoluer avec son temps.
    Le numérique à l’ecole n’est pas une discipline mais un impact global (l’informatique: traitement de l’info + education aux médias +impact sur la construction du savoir et la didactique)..

    2/ Aujourd’hui mon enfant au collège et ce depuis la 6eme utilise le numérique pour le suivi de sa scolarité (Pronote pour les devoirs, planning, info relatives à la vie scolaire, ressources pédagogiques postées par les profs, geogebra..)+ manuels numériques qui sont plus étoffés et plus interactifs et depuis cette année l’école a introduit une plateforme elearning…
    Ce n’est nullement une disparition du livre..ma fille continue de lire et d’écrire.

    3/ Dans notre société actuelle, le rôle de l’école reste- et doit rester le même- la transmission du savoir. L’école est un facilitateur d’accès à la culture et cela passe par la formation et l’éducation.
    – Mon rôle en tant que parent est d’accompagner mes enfants dans cette convergence entre l’education et le numérique et de rester vigilante sachant qu’aujourd’hui le contenu est l’individu lui-même. Le web est devenu une place publique.

    4/ Le numérique présente clairement une plus-value pour l’apprentissage de nos enfants au collège/lycée. En revanche les classes primaires ne devraient pas être concernées. A mon sens, il y a d’autres apprentissages primordiales à faire.

    5/ Le material est une composante très importante.
    Faire acheter aux parents une machine imposée haut de gamme avec des specifications techniques particulières ne fait pas sens sachant que la plateforme e-learning fonctionne très bien avec une configuration minimum (processeur celeron) …et je ne pense pas me tromper quand je dis que les enfants ont tous des ordinateurs fixes ou portables chez eux..
    Autre possibilité : l’école pourrait s’équiper des outils necessaires .. et la continuité se fera à la maison sur l’outil personnel.

  • moftaqir

    le numérique est actuellement pour moi une grande source d’inquiétude. Moi en tant que parent je suis de plus en plus incapable de maitriser l’usage du numérique.
    le numérique a tué chez les enfants l’envie de lire et de faire des recherches.
    l’école doit nous être d’un grand soutien dans ce sens pour nous aider à contenir ce fléau

  • Pascale D

    Mon fils est en 5ème et expérimente l´usage du numérique cette année : les familles ont dû acheter un chromebook haut de gamme pour cela. Pour le moment je ne vois pas vraiment la plus-value du numérique, l´ordinateur étant utilisé uniquement comme accès aux manuels numériques.
    En revanche, je dois, moi, à la maison, gérer un écran supplémentaire. C´est à dire contrôler le temps passé dessus et à y faire quoi? Car je ne peux pas mettre de limitation sur cet ordinateur qui m´appartient mais qui est géré par le collège!
    Ce choix pédagogique imposé par l´école va à l´encontre de mes choix éducatifs, mais je ne peux rien y faire, à moins de marginaliser mon fils en étant le seul avec des manuels papiers!
    Il me semble que ce tout numérique pourrait commencer seulement au lycée, il n´est pas nécessaire si jeune.

  • Mathieu

    Le tout numérique à l’ecole est pour moi un réel danger. L’école où se trouve ma fille en 3e a écarté tous les livres papiers pour les remplacer par leur version numérique. On zappe les pages numériques mais on progresse dans un livre…
    Le stylo est le prolongement de la réflexion et l écriture permet le travail de mémorisation…
    Toutes ses bases de l apprentissage sont évacuées par l utilisation du numérique à outrance. L école joue les apprentis sorciers lorsque d autres systèmes scolaires reviennent à l écriture cursive…

  • Sandra Chaoul

    Nous vivons dans un temps où l’aspect numérique domine le quotidien.

    Comme tout dans la vie, un équilibre est requis. Pour que les élèves soient à jour, il faut introduire l’aspect numérique dès le CP mais avec modération. Cad les tablettes ne doivent ni remplacer les livres ni les cahiers de travaux mais doit les complémenter.

    Par exemple, l’apprentissage a travers la tablette en CP/CE1 peut être reduite a 1 ou 2 seances de 45 min par jour pour apprendre les élèves a faire des recherches sur les tablettes et a faure des exercises de math sue les tablettes etc.

    En CE2-CM2, l’utilisation augmente jusqu’à 2 ou 3 séances de 45 min par jour.

    A partir de la sixième, les eleves utiliseront bcp plis les tablettes selon le programme proposé.

    Les tablettes doivent être strictement interdite durant la récréation et la pause méridienne.

    Pour s’assurer que les élèves ont une vie sociale saine, il faut augmenter le nombres de séances non academique pour inclure plus de sport, musique et arts et encourager les élèves a s’exprimer et a être créatives car avec l’aspect numérique qui domine, beaucoup de métiers seront eliminer et par consequent les nouvelles générations doivent acquérir des compétences qui ne peuvent pas etre reproduis par les moyens technologique (robots, machines etc.). Les competences generales ( non techniques) deviennent de plus en plus essentielles.

  • EL KEILANY carole

    Bonjour,
    Le numérique est intégrée dans notre vie quotidienne qu’on le veuille ou non, ne serait ce que par nos smartphones… Il n’est donc pas surprenant qu’il s’intègre dans les outils du programme scolaire. Merci d’avoir lancé ce débat et nous donner la parole.
    Pour ma part, maman d’une enfant en GS, j’approuve l’utilisation du numérique s’il apporte un PLUS, c’est à dire si en amont l’institutrice réfléchis comment utiliser l’outil de manière à rendre les enfants ACTIF et ACTEUR ( utilisation de micro, réécoute de la voix…). Tout le monde sait que les écrans rendent les enfants passifs. Si l’écran ne fait que remplacer un tableau d’écriture ou un support papier… il n’y a pas de valeur ajoutée. Par ailleurs la durée de visionnage, par jour, est également à prendre en compte pour éviter des myopies précoces, les infirmières doivent avoir des statistiques à ce sujet ? Bien cordialement.

  • Elidrissi S.

    Bonjour
    Le numérique peut être un excellent allié s’il est utilisé raisonnablement en terme spacio-temporel. Le corps de nos enfants surtout ceux du primaire et du collège n’est pas encore mature, une exposition de longue durée aux écrans a un impact sur :
    – Les yeux (myopie)
    – La maturation du cerveau
    – Le sommeil
    – la concentration 
    – Le comportement social
    – L’addiction due au caractère interactif des écrans 
    – Le risque d’obésité du à la sédentarité due elle même à l’addiction.
    Et la liste n’est pas exhaustive.
    Les enfants aujourd’hui préfèrent les jeux vidéo aux jeux physiques.Ceci induit de la passivité  voire de la paresse: l’enfant n’a plus envie de prendre le stylo et écrire ou dessiner il est bcp plus facile de cliquer, c’est une facilité dangereuse pour le développement cognitif.
    Nos enfants sont déjà très avancés sur l’utilisation de l’outil numérique, ils ne seront pas décalés dans l’avenir. Le vrai enjeu aujourd’hui c’est de donner à nos enfants l’envie d’apprendre.
    Dans l’état actuel des choses, il serait plus judicieux d’intégrer le numérique partiellement dans le fonctionnement de certaines matières en mettant à disposition des élèves des tablettes ou PC qui resteront en classe et de garder manuels, cahiers et stylos pour développer efficacement les connexions neuronales.
    Cordialement

  • Rosy bou obeid

    Bonjour,
    Je trouve l’introduction du numerique dans l’apprentissage scolaire pourrait etre plus nocif que bénéfique. Les enfants savent manipuler tout ce qui est electronique grace aux jeux de nos jours. Il nous faut etre fermes et consistents en tant que parents pour mettre des regles à ces jeux et apprendre à nos enfants à apprecier les jeux basiques, les rencontres failiales. A l’école, faut aussi qu’ils apprennent à respecter les livres, à les manipuler correctement. Une heure de d’informatique est plus ce que necessaire pour eux.
    Je vote toujours pour les livres et les crayons.

    Voila mes reponses a vos questions:
    Le numérique est-il pour vous en tant que parent source d’inquiétude ou de vigilance ? Inquiétude et fatigue. Inquietude de ne voir mes enfants contents que devant leurs écrans et fatigue de mettre et d’appliquer les règles pour minimiser l’utilisation du numèrique.

    Quels sont les usages numériques de votre/vos enfants ?
    Pur distraction. Quand ca vient à faire des recherches ils ne savent pas et n’ont pas envie.
    Est-ce que ces usages modifient les relations familiales ? Ah que oui.
    Quel est selon vous le rôle de l’école pour former à vivre dans une société numérique ? L’école doit aider les parents à a apprendre aux enfatns les bienfaits et les dangers du numérique ainsibque la façon de surfer sur nternet, de trouver les informations nécessaires à leur recherche, à les trier pour présenter un exposé complet.
    Quel est votre rôle ? Notre role est d’assister les enfants dans l’application des modes de recherches appris à l’école, de les parler à nouveau des bienfaits et des danger du numérique ainsi que de gérer et reglementer le temps passé devant les écrans.
    D’après vous, est-ce que le numérique présente une plus-value pour les apprentissages de vos enfants ? Oui dans la recherche des informations requises pour effectuer un exposé ou une étude, mais pas plus.

  • Crocq Stéphanie

    Le numérique a de nombreux avantages pour l’apprentissage. Notamment pour ce qui est du côté ludique, facilitateur pour les enfants comme pour les grands. J’ai utilisé des applications sous forme de jeux pour aider ma fille à apprendre ses tables de multiplication et les exercices en ligne de sites éducatifs. Pour moi, il s’agit d’un moyen qui rend plus aisé l’accès au savoir en réduisant les distances et facilitant les communications et l’accès à la connaissance ( bibliothèques en ligne, magazines en ligne, tutoriels, jeux mooc, etc) Ma fille de 9 ans joue en ligne avec sa cousine qui habite en France,et qu’elle ne voit peu; du coup, elles échangent des messages, des photos des vidéos et gardent le contact tout en réinvestissant sans s’en rendre compte des savoirs, notamment l’écrit.

    En revanche, ce que le numérique ne fait pas, c’est remplacer les rapports humains par lesquels passent les échanges et la validation, la valorisation et la reconnaissance indispensables à l’apprentissage et à l’intégration sociale. . Ce que le numérique ne fait pas non plus., c’est donner une culture: Si je ne vais pas au musée, je n’aurais pas l’idée de visiter un musée virtuel. Et les tutoriels de maquillage ont plus de succès auprès des adolescentes que ceux pour apprendre à dessiner.

    Pour nous, les travaux manuels, le sport, les jeux en groupe et en famille sont tout aussi importants que ce soit à l’école ou à la maison, C’est une question d’équilibre. Le risque serait de croire que le numérique peut remplacer le prof. .

  • Olivier Saint-Germes

    • Le numérique est-il pour vous en tant que parent source d’inquiétude ou de vigilance ?
    Le numérique en tant qu’outil présente des avantages et des inconvénients comme tout autre outil.
    Mon inquiétude est beaucoup plus liée à la vision du numérique présentée par certains: Numérique diabolisé ou idéalisé…
    Cette enquête en est un bon exemple, qui présente LE numérique comme entité qui semble avoir une « personnalité propre »… Le numérique est, et sera, ce que l’on en fait et ce que l’on en fera. De la même façon qu’un marteau peut être très utile pour planter un clou et se transformer en arme entre les mains d’un psychopathe….

    • quels sont les usages numériques de votre/vos enfants ? est-ce que ces usages modifient les relations familiales ?
    Mes enfants (14 et 10 ans) sont nés avec, et les modifications sont beaucoup plus dues à la société qu’au numérique en lui-même. Je refuse de m’adresser à quelqu’un qui est en train de consulter un téléphone portable, que ce soit ma fille, un ami ou un collègue….

    • quel est selon vous le rôle de l’école pour former à vivre dans une société numérique ? quel est votre rôle ?
    Le rôle de l’école: former les enfants; ce qui implique numérique et analogique. Mon rôle: malheureusement, poser des limites, face à l’envahissement du numérique subi par toute la société (assister à une conférence et passer son temps à envoyer des tweets ne me semble pas la meilleure façon de profiter des contenus présentés….)

    • d’après vous, est-ce que le numérique présente une plus-value pour les apprentissages de vos enfants ? dans quels contextes ou sous quelles conditions ?
    Le numérique présente une plus-value SI il est envisagé comme moyen, et non comme fin en soi, ce qui me semble trop souvent être le cas……

  • CHRISTOPHE LAMBERT

    Bonjour !
    Je souhaiterais savoir si vous envisagez d’utiliser des outils numériques tels que webconférence ou Wébinaire avec une possibilité de visionnage en direct ou en « replay » pour les parentes qui ne peuvent pas se déplacer ?
    Merci par avance pour votre retour.
    Cordialement.

    • Gaelle Charcosset Auteur de l’article

      Bonsoir,
      merci pour l’intérêt que vous portez pour ces Rencontres #MlfNumérique.
      Nous envisageons effectivement une captation de la table-ronde avec les parents, sous réserve de l’acceptation des participants, ainsi que de quelques autres ateliers qui seront alors accessibles depuis ce site. Ce ne sera pas en direct mais nous souhaitons publier les vidéos au plus vite, dans la continuité du regroupement.
      Bien cordialement,
      Gaëlle Charcosset

      • CHRISTOPHE LAMBERT

        Merci beaucoup pour votre réponse réactive.
        Tenez-nous au courant des modalités de visionnage (YouTube ou autre).
        Cordialement.

  • CHRISTOPHE LAMBERT

    Bonjour !
    Je viens de lire les premiers commentaires qui sont tous extrêmement sensés et montrent à quel point nous sommes peu armés face à une (R)évolution technologique qui bouleverse nos vies depuis plusieurs décennies et dont il nous est difficile d’appréhender les impacts aujourd’hui sur le monde demain, sauf à croire qu’ils vont être majeurs.
    Pour ma part, je suis persuadé depuis de très longues années qu’il faut réussir à accompagner nos enfants dans la gestion de ces outils et des informations. Le savoir est désormais accessible à tous, partout, tout de suite; Mais il faut apprendre à vérifier, à avoir un sens critique et ce n’est vraiment pas évident (la fameuse théorie du complot) ! Il y a un vrai travail pédagogique, mais sommes-nous équipés (formés) pour accompagner nos enfants alors que nous-mêmes ne maîtrisons pas le traitement de nos données (je vois en haut à droite de mon navigateur que le site est Non sécurisé par exemple …).
    Sinon, les outils numériques sont forcément formidables. Nous les utilisons tous quotidiennement, ils nous facilitent la vie. Donc évidemment qu’il faut que les enseignants, les parents et les enfants les utilisent. Tellement génial d’avoir accès aux notes et aux correspondances directement.
    Ensuite, les questionnements sont à l’aune de la révolution en cours et relèvent d’une vision globale de notre société et de nos rapports à tout ce qui existe et va se présenter à nous. C’est tellement gigantesque, outre le fait que nous ne maîtrisons pas le progrès à venir. Qui pensais, il y a 5 ans, qu’une voiture conduirait sans chauffeur ? Qui pense qu’une application dira le droit ou fera de la comptabilité sans aucune intervention humaine ?
    Les défis auxquels notre humanité va être confrontée nécessitent donc selon moi, une réflexion globale, et bien entendu qu’il faut éduquer nos enfants pour l’utilisation des outils et également leur sens critique, pour leur permettre d’évoluer intelligemment dans un monde qui, je pense, sera plus liberticide.
    Je m’arrête là car il y a tant à dire et mon commentaire est déjà trop long (trop éloigné des 144 signes !).
    Cordialement.

  • Barakat Nahas

    La technologie fait partie de notre quotidien ainsi que celle de nos enfants. Autant, vaux mieux que d’une part, en tirer profit des multiples avantages. D’autre part, il faut aussi bien protéger nos enfants des risques envisageables.
    Les outils existants sont nombreux mais toutefois pas bien exploités. A partir des statistiques de l’usage de Pronote, il faut bien comprendre ou sont les lacunes, pour former les parties concernées.
    Nos enfants utilisent les réseaux sociaux et les jeux vidéo qui peuvent avoir plein d’utilités et développer des compétences. Cependant, les risques du harcèlement et de dépendance aux jeux existent. Ici, je pense que les cours d’éducation civique et de technologie, peuvent jouer un rôle d’orientation d’un consentement des « quoi faire et quoi ne pas faire ».
    Par rapport aux livres numériques, ils ont plein de facultés, mais n’arrivent pas à remplacer les livres réels. Autant qu’ils allègent le cartable, leur conception, audio, vidéo et interactifs sont très intéressants. D’autre part, les inconvénients du numérique, c’est le temps du téléchargement, peut-être il serait mieux d’offrir le livre sur CD ou clé USB. Aussi, un autre souci et que c’est seulement une copie sur un appareil. Peut-être c’est mieux d’avoir une copie élève et une copie parent, du même livre. Pour nous parents cela aiderait à suivre, et lire les infos sur notre propre appareil. La copie devrait être donnée avant le premier jour d’école. L’appareil doit être offerte par un grossiste à prix réduit, qui serait de préférence le même pour tous les élevés : Un appareil par cycle par exemple.

  • Maïssa Kassir

    Le numerique devient une source d’inquiétude dès que l’on dépasse le temps minimal d’usage utile. Sur une plage horaire tres courte, il y a moins de risques de se deconnecter des relations humaines. 5 minutes pas plus, sont suffisantes à mon avis pour naviguer sur le net, et pourquoi pas si les enfants essayent de trouver des reponses à leurs propres questions. Evidement le premier role est dans le programe qui doit passer des quantités de livres au format electronique. Sans ça, il sert peu de s’adapter au numerique, et encore moins de l’enseigner aux enfants vu qu’ils sont déjà plus aptes que nous à le manipuler.

  • Azedine Salim

    Bonjour,
    Je suis père de 2 enfants, CM1 et CE1, ils ont chacun une tablette qu’ils utilisent modérément, seulement le week-end ou pendant les vacances pour une durée limité, on ne veut pas qu’ils en soient dépendants et surtout qu’ils puissent faire d’autres activités manuelles et qu’ils jouent avec d’autres enfants.
    Ci-dessous les réponses aux différentes questions:
    Le numérique est-il pour vous en tant que parent source d’inquiétude ou de vigilance ?
    C’est surtout une utilisation accrue du numérique qui serait une source d’inquiétude pour nous.

    quels sont les usages numériques de votre/vos enfants ? est-ce que ces usages modifient les relations familiales ?
    De façon ponctuelle, week-end et vacances avec un temps limité, on fait de notre mieux pour que cela n’affecte pas justement les relations familiales

    quel est selon vous le rôle de l’école pour former à vivre dans une société numérique ? quel est votre rôle ?
    A mon sens, le rôle de l’école est de montrer les bonnes pratiques aux enfants pour qu’ils puissent tirer le meilleur du numérique, chose qu’ils pourront continuer à la maison sous le contrôle des parents. Une bonne coordination est nécessaire entre l’école et les parents afin d’éviter l’excès.

    d’après vous, est-ce que le numérique présente une plus-value pour les apprentissages de vos enfants ? dans quels contextes ou sous quelles conditions ?
    Oui indéniablement mais il ne faut pas que cela remplace ou affecte l’apprentissage classique.

  • Maya

    Bonjour,

    Le numérique est pour moi une source d’inquiétude, de nombreux psychologue ont démontré ses effets néfaste sur le comportement de nos enfants.
    De plus on assimile mieux les connaissances en bougeant et en utilisant son corps. Dans certaines écoles alternatives dont “Waldorf” les multiplications sont enseignées en dessinant et sautant à la corde. La voie royale pour apprendre réside dans les expériences physiques et émotionnelles.
    On rejoint donc les principes de Jean Piaget et de Maria Montessori : un apprentissage avec tous les sens, des manipulations, des matières, la nature.
    Le moins les enfants sont exposés aux écrans, le mieux ils apprennent et se développent, ceci ne veut pas du tout dire qu’ils seront plus tard en décalage par rapport à la société, bien au contraire. Personnellement je ne vois pas la valeur ajouté d’utiliser les écrans à l’école et je pense que c’est bien dommage de passer a coté de l’essentiel.
    D’ailleurs ce n’est pas un hasard si les employés d’eBay, Google, Apple et Yahoo ont scolarisés leur enfants dans des écoles alternatives sans écrans.
    Je cite:
    “Au sud de San Francisco, la Waldorf School of the Peninsula, une école à la pédagogie alternative, se targue de délivrer un enseignement sans aucun outil technologique. Pas d’écran en vue, seulement des livres, du papier et des crayons.

    « L’idée qu’une app ou un iPad puisse mieux enseigner à mes enfants comment lire ou faire des maths est ridicule », a lâché Alan Eagle, un cadre de Google, au New York Times. « Les écoliers qui utilisent très souvent des tablettes et des ordinateurs ont tendance à moins bien réussir que ceux qui les utilisent modérément », confirme au Guardian* Andreas Schleicher, le directeur de l’éducation de l’OCDE. Les ingénieurs et développeurs californiens ont bien saisi le message.

    Les partisans de la pédagogie Waldorf estiment que les ordinateurs inhibent la créativité, le mouvement, les interactions sociales et la capacité d’attention. Les trois quarts des parents d’élèves travaillent dans des firmes high-tech et sont surconnectés, mais ils n’y voient pas de contradiction avec ce choix d’éducation pour leurs enfants.

    Alan Eagle, ingénieur chez Google et dont les deux enfants vont à l’école Waldorf, estime qu’il y a un temps pour tout, y compris pour la technologie. Pourquoi se presser ? Apprendre à se servir d’un ordinateur, « c’est super-facile, affirme-t-il. C’est comme apprendre à se servir du dentifrice. A Google et dans toutes ces boîtes, nous rendons la technologie aussi facile à utiliser qu’il nous est possible. Il n’y a pas de raison que les enfants n’y arrivent pas quand ils seront plus âgés. »

  • Philippe Tohme

    Les etablissements educatifs, les parents, et les etudiants doivent garder le cap sur: « mind over matter » ou « la raison au dessus de la matiere ». La reponsabilite revient aux etablissements de ne pas creer une sortie de ce principe a l’insu des parents.

  • SC

    Content en globalite des outils proposes a alicante, itslearning, pronote, snowflake pour les petits. Je suis inquiete quant a la place du wifi.
    J aimerai connaitre la position du lycee et de l institution sur l utilisation du wifi et ses risques sanitaires pour les plus petits.

  • Silvia Ferragut

    Le numérique est entré chez nous et comme tout dans la vie a des avantages et des inconvénients. Je crois qu’il doit avoir une place dans l’école (il y a plein de ressources très intéressantes) et aussi dans le domaine des loisirs mais sans que ça déplace d’autres activités telles que sortir au cinéma, visiter la famille, etc
    C’est à la famille d’établir des limites et d’éduquer les enfants pour en faire un usage responsable bien que l’école puisse nous aider à marcher plus ou moins ensemble.

  • Belen González Molina

    1- Para Usted como padre, ¿es la tecnología digital fuente de preocupación o de vigilancia?
    Como madre, la tecnológica es un campo más de la educación de mis hijos, donde trato de formarles y de formarme de la misma manera que lo hago en otros aspectos de la vida.

    2-Según Usted, ¿cuál es la función de la escuela para aprender a vivir en una sociedad digital? ¿Cuál es su función?
    Creo que la función de la escuela es tan importante como la de los padres. Cada uno tenemos una función irrenunciable en la educación de nuestros hijos. Para mi tan importante es que los niños tengan el C1 en inglés como que dominen el lenguaje computacional.
    La tecnologia requiere de un esfuerzo adicional para los padres y el colegio pero bien enfocada puede suponer una oportunidad para nuestros hijos

    3- Según Usted, ¿es la tecnología digital una ventaja para el aprendizaje de sus hijos? ¿En qué casos y condiciones

    Si, lo es el uso del lenguaje computacional, la participación en concurso educativos, como ya hacen otros coles de Alicante, la incorporación de la bases educativas de la robótica a través del juego, la incorporación en la vida escolar de periódicos digitales con la elaboración de contenido, la creación de una plataforma para la defensa de los valores democráticos difundidos, el uso de los Moocs como refuerzo educativo, la creación de un espacio donde padres e hijos compartan actividades digitales etc ….
    Hay mucho usos, que impulsados desde el cole y con apoyo de los padres podría servir para que todos vayamos aprendiendo, porque la digitalización no es sólo cosa de niños.

    Agradezco la inquietud q muestra el colegio y francamente estoy muy interesada en conocer las conclusiones de este seminario y de su aplicación en la educación escolar, por lo que rogaría q nos informasen del seguimiento de este tema.

    • Gaelle Charcosset Auteur de l’article

      Bonjour madame,
      nous vous remercions pour votre contribution et pour l’intérêt que vous portez pour ces Rencontres. Nous publierons les supports et les captations, ainsi que les conclusions sur ce site.
      Bien cordialement,
      Gaëlle Charcosset

  • Imad Assi

    Le numérique est-il pour vous en tant que parent source d’inquiétude ou de vigilance ? Vigilance
    quels sont les usages numériques de votre/vos enfants ? Recherche, Youtube,
    Est-ce que ces usages modifient les relations familiales ? Surement
    quel est selon vous le rôle de l’école pour former à vivre dans une société numérique ? Integrer le maximum de numerique dans l’apprentissage en vue de prouver a l’enfant son utilité éducative et constructive.
    Quel est votre rôle ? bien encadrer pour bien en profiter
    D’après vous, est-ce que le numérique présente une plus-value pour les apprentissages de vos enfants ? Surement.
    dans quels contextes ou sous quelles conditions ? L’enfant doit decouvrir a l’ecole et a la maison les bienfaits du numerique. C’est la meilleure arme pour faire face au cote negatif omnipresent du numerique.

  • Marisa Rechenberg

    Nous avons deux enfants, de 5 et 11 ans, 4 ordinateurs, 3 iPads, seulement les parents avec des portables. Nous évitons au maxi le contact des enfants avec les écrans, et étant donné qu’ils aiment bien les jeux dehors, les jeux de société et les livres, nous essayons que les écrans restent comme des plate-forme où chercher des information, à se communiquer avec des copains ou la famille qui ne vivent pas ici, ou encore, pour le plus grand, pour apprendre à coder. L’idée est qu’ils n’utilisent pas les gadgets à la place d’un contact humain; ils ne nous voient pas sur les réseaux sociaux. Le numérique est certainement de plus en plus fréquent dans nos vies, mais à force d’avoir travaillé comme designer d’interface moi même, je vois la nécessité de comprendre les relations humaines à fond avant de penser une interface ou un appli à des différents usagers. À côté, et pas moins important, je pense qu’on ne sait pas encore la totalité de l’extension des dégâts physiques (yeux, colonne) et aux circuits mentaux que la exposition journalière peut nous causer.

  • Tania abou nahra

    Bonjour!
    Je suis contre toute utilisation numérique dans les écoles puisque que nos enfants ont tendance à decenir exclaves de ces outils numérique tellement ils sont tentés en dehors de l’école et parce que c’est nocif pour la vue , et stressant à la longue et pour moi n’a aucun bwnefice que rendre les enfants moins dynamique et plus passifs et réduit leurs talents manuels… Je suis contre la présence de PS4 dans les ecole comme le glfl. Je suis pour une heure de sport chaque matin , la présence d’éspacw sportifs, de table de pimgpong dans les cours de récré, des cours dans la nature, afin de favoriser une vie plus epanouissante à nos enfants.
    Le numérique proquera une régression des capacités de nos enfants et aucun plus.
    Cependant 1h d’informatique par semaine serai bien

  • Susane

    Le numérique est-il pour vous en tant que parent source d’inquiétude ou de vigilance ?
    Non pas du tout . Au contraire , je pense que si il est bien utilisé c est un plus pédagogique.

    quels sont les usages numériques de votre/vos enfants ? est-ce que ces usages modifient les relations familiales ?
    Le numérique à la maison est surtout à but pédagogique .
    Son usage modifie les relations familiales dans le bon sens. Il permet aux enfants d être plus autonomes dans leur apprentissage et plus performants.

    quel est selon vous le rôle de l’école pour former à vivre dans une société numérique ? quel est votre rôle ?
    L école et les parents sont là pour aider les enfants à ne prendre que le positif de ce nouvel outil incontournable pour leur avenir.Le numérique est pour moi une nouvelle matière.Il faut apprendre l enfant à profiter de tout son potentiel.
    On doit leur parler des pièges et des dangers et leur montrer le positif.

    d’après vous, est-ce que le numérique présente une plus-value pour les apprentissages de vos enfants ? dans quels contextes ou sous quelles conditions ?
    Le numérique est une plus- value extraordinaire.
    Moins de poids sur le dos , moins cher pour les familles ,mieux pour la planète , l enfant a tout son matériel à n importe quel moment.Il faut lui apprendre petit à petit à se servir de cet outil indispensable dans l avenir.
    Le support écrit des cours permet à l enfant de se concentrer sur le contenu. On supprime ainsi la double tache d écrire, qui perturbe l apprentissage et comprendre le cours.
    L enfant peut agrandir les caractères ,choisir un support auditif ou visuel ,( celui qu il jugera le plus efficace.)
    Pourquoi ne pas avoir des cours virtuels qui permettent une révision..
    Il faudrait leur indiquer d autres sites où ils trouveraient des supports expliqués différemment , des informations complémentaires et des exercices.
    Les exercices sur internet permettent à l enfant d avoir le résultat immédiat de comprendre ses fautes et donc de les modifier aussitôt .

    Personnellement , je suis continuellement à la recherche de d autres supports pédagogiques pour mes enfants afin qu ils manipulent les cours et les acquis Cette gymnastique leur permet d encrer les connaissances de façon plus durable.c est moins du par coeur….

    Mes études ont été plus fructueuses quand j ai pu, ne plus copier mes cours mais les filmer , manipuler d autres supports et accéder à d autres connaissances , m exprimer d une autre façon que par écrit lors de la rédaction de mon mémoire .
    Grâce au numérique j ai d un coup optimaliser mon apprentissage et le fonctionnement de mon cerveau….
    Moins de perte de temps , interaction immédiate…

  • Eugenia Tamames

    EUGENIA TAMAMES
    Buenos días,
    La aparición de la tecnología digital en un periodo tan corto en cuanto a su implementación en la sociedad, da lugar a una crítica sin un conocimiento fundado. A lo largo de la historia los cambios que se han producido nos llevan a juicios precipitados respecto de su utilidad. El hombre es un ser evolutivo que se ha ido adaptado a los cambios que se le han planteado,conciliar un sistema educativo nacido con la revolución industrial, con las nuevas tecnologías es un reto para las instituciones educativas que deben intentar modernizarlo. En cuanto a los efectos mayoritariamente lúdicos del uso de las nuevas tecnologías por parte de los niños viene a plantear la utilidad que le estamos dando los adultos con respecto a nuestros hijos y a las industrias tecnologías que pone a nuestro alcance esta manera de mantenerlos entretenidos, pero eso forma parte de la responsabilidad de cada uno como padre.
    Atentamente.

  • Proust

    Je vois le numérique à l’école plutôt comme un outil incontournable dont il faut avoir la maîtrise et pour lequel étant donné l’importance de sa place dans notre société doit être intégré dans l’école .
    Il est évident que la technologie a considérablement substitué certaines taches humaines c’est donc une aide mais ne doit pas bloquer le bon épanouissement de l’individu et donc son développement cognitif, psychomoteur, émotionnel…on sait un peu plus grace aux neurosciences les effets néfastes sur la santé mentale et physique si cette activité n’est pas encadré correctement.
    Je pense qu’il n’y a pas mieux que l’école qui en prenant en compte tous les risques et avantages puissent éduquer les citoyens de demain à adopter une attitude responsable face à cet outil.
    Les utilisations au sein de la maison sont les suivantes.
    Le téléphone potable avec réseaux sociaux , les jeux vidéos . Internet pour infos diverses
    Jai constate un changement à la fois bénéfique pour les savoirs et recherche qui se trouvent facilité par internet quand on ne peut trop voyager ça permet aussi d’ouvrir nos champs de connaissance de garder un contact international…en contrepartie une certaine distance, isolation des enfants , les jeux de société, construction… se sont peu à peu ratifié . De même que j’ai pu constater des changements d’humeur assez brutaux durent je pense aux modification chimique qu’ils vivent au niveau physique ( montée adrénaline, stimulation intensive visuelle….) de l’euphorie à la dépression…
    Donc pour l’informatique à l’école , à la maison oui mais les activités physiques devront avoir plus de place à l’école pour permettre d’équilibrer la croissance des neurones et des muscles …
    Les programmes deviennent de plus en plus chargés et l’éducation physique est pratiquée au minimum
    C’est pourtant à travers le sport et les jeux collectif que les enfants se construisent .

  • Nabil

    Cette, le numérique est une plus value pour nos enfants, mais malheureusement elle empiète sur le support papier. Du coup, nos enfants lisent de moins en moins de livres, et surtout ne savent plus écrire. Le danger est réel.

  • Marine Bourguet

    1. Oui il est plutôt source d’inquiétude qu’autre chose, sachant la vitesse avec laquelle les enfant « s’accrochent » aux écrans
    2.ma fille de 4 ans ne peut utiliser la tablette que sous notre surveillance et temps limité, uniquement dessins animés. Nous regardons ensemble sur mon telephone les vidéos de la famille ou photos, ce qui est devenu 1 moment agréable à partager ensemble
    3. Je pense que l’école doit integrer l’outil numérique mais de façon ocasionelle et pas systématiquement ni dans tous les domaines. Les livres papiers me semblent encore necessaires surtout pour les plus jeunes, en primaire par exemple
    4. Oui je pense qu’il peut y avoir avantage a utiliser certains jeux educatifs, mais pour des enfants olus grands, a 4 ans j’essaye plutôt de l’en eloigner car de toute façon elle y est deja exposée au travers des cousins et certains copains d’école…

  • Joelle Chebli Boujacli

    Je préfère toujours la façon classique d’enseignement avec les livres et les manuels et je préfère laisser le numérique pour la classe de techno

  • Anna Triandafyllidou

    Comme toute forme de téchnologie le numérique et son usage pour l’apprentissage a une haute plus-value mais comporte aussi des grands dangers. Ce qui m’inquiète de plus sont les parents des autres enfants qui donnent à leur fils-fille un smartphone désormais à partir des 10 ou 11 ans, un age encore à mon avis très jeune pour gérer seul-e l’internet… le problème pour nous, parents plus « traditionnels » dans ce point là est quà avoir un groupe whatsapp pour la classe, ne plus communiquer entre parents, surfer l’internet, faires des photos et des videos et les mettre sur internet et sur les réseaux sociaux, deviennet une normalité, un ‘must’ … ce qui change tout le climat de la classe… et ce qui bien sur comporte soit une haute pression sur nos enfants (sans portable et avec « seul » accès à l’internet à partir d’un ordinnateur, à la maison, soit des nombreux problèmes surtout en question photos qui circulent sur internet.
    L’école fait très bien à limiter l’usage de l’internet que sous la vigilance d’un éducateur et à ne pas permettre l’usages des portables dans l’école. Ceci est très important!
    Pour ce qui concerne l’usage du numériques dans l’élementaire il faut que cela soit bien circonscrit et limité tout en continuant à encourager (mais aussi au collège, lycée) l’usage des livres, dictionnaires, sources « hard copy » des matériels éducatifs.

  • Meritxell Lecha

    D’abord je veux m’excuser parce que je ne parle pas français, mon commentaire sera donc en espagnol.

    Como todo lo desconocido, el mundo digital nos plantea inquietudes. Nosotros mismos estamos aprendiendo, día a día, a gestionar las herramientas digitales. En cuanto a la educación de nuestros hijos e hijas, como madre de dos niñas de 15 y 10 años, mis inquietudes frente a mundo digital son distintas para cada una de ellas. Me ceñiré a las preguntas formuladas:
    – ¿Es la tecnología digital para usted como padre una fuente de preocupación o vigilancia?
    Me considero una persona integrada en el mundo digital a pesar de detectar todos sus riesgos, que son muchos, también soy consciente de algunos beneficios, si se usan correctamente. Pero debo destacar que Internet y su contenido ilimitado (sobre-información/fakes) es una gran fuente de preocupación.

    Respecto a Sílvia (10 años). Lo que más me preocupa son los contenidos de Youtube y de Musically, y los subtextos que se pueden dar en los mismos.
    Respecto a Alba (15 años). La preocupación radica en las redes sociales y su uso grupal. Instagram, snapchat y sobre todo Thiscrush (una aplicación que considero sumamente peligrosa por la opción del anonimato)

    ¿cuales son los usos digitales de sus hijos? ¿Estos usos alteran las relaciones familiares?
    El uso de la pequeña no altera las dinámicas familiares, entra dentro del contexto del juego: baila haciendo Musicallys o ve tutoriales de Youtube para hacer slime, fabricar pintalabios caseros, busca técnicas de dibujo…
    En cuanto a la mayor, SÍ, rotundamente alteran las relaciones familiares, y es una gran fuente de preocupación. Las redes sociales le dan la oportunidad de tener un contacto permanente con su grupo de amigos (personas de referencia en esta etapa de su vida). Eso hace que, en ocasiones, se aísle de la familia y no sea capaz de enriquecerse de las experiencias del momento. Los padres tenemos un gran papel de acompañamiento, que en esta etapa se nos complica, ya que las redes sociales generan una función multiplicadora de los riesgos en la etapa de la adolescencia.

    -¿Cuál crees que es el papel de la escuela en la formación para vivir en una sociedad digital? cual es tu papel
    No podemos obviar, nos guste más o menos, que la sociedad tiende a la digitalización. Padres y escuela deben ir de la mano, como siempre. Siendo de los padres el papel fundamental de educar en valores, haciendo hincapié en que hay que ser buena persona y que debemos tener buen comportamiento, tanto en la vida real como en el mundo digital. También se les debe educar en valores para detectar posibles amenazas y saber discernir todas las informaciones e imputs múltiples que recibimos vía digital.

    En mi opinión, la escuela tiene un papel fundamental formando a los niños en el uso de las nuevas tecnologías. Enseñando por un lado los aspectos técnicos que puedan beneficiar al aprendizaje, a la inclusión al mundo laboral y a la creación; y por otro, reforzando el buen uso de las tecnologías y las redes sociales (educando en valores). Alimentar el espíritu crítico, ayudará a estos nativos digitales a nadar en la sobreinformación. Me parece fundamental enseñarles a buscar correctamente y a detectar las fuentes fiables.

    En su opinión, ¿la tecnología digital ofrece un valor agregado para el aprendizaje de sus hijos? ¿En qué contextos o bajo qué condiciones?
    En mi opinión, sí, la tecnología ofrece un valor agregado.Las nuevas tecnologías son como la sal, buenas si se usan en su justa medida.
    El uso de la imagen ayuda a la memoria de los contenidos y a reforzar la atención de los alumnos. Los juegos on-line ayudan a reforzar el autoaprendizaje y a que los niños puedan trabajar a su propio ritmo con herramientas que les resulten más estimulantes. Siempre combinado con métodos manipulativos y la lectura como base puntal de la educación.

    Salutations,

  • Golo Maurer

    Bonjour,

    On est d’accord avec le plupart des commentaires. Nous avons choisi le Lycée Français (de Florence, Italie) pour nos gemmaux de 5 ans parce-qu’on était convaincu qu’il s’agissait d’un endroit concentré sur les méthodes pédagogiques « traditionnels »: lire des livres, écrire a la main sur papier, faire des circulation sans ordinateur etc. Le monde digital n’est pas trop difficile a comprendre, ça fonctionnera tout seul parce que c’est déjà fait pour des enfants : Les notre ont ´déjà compris comment fonctionnent les tablets etc, sans aucun enseignement de notre part (e parfois aussi contre notre intention…). Les compétences classiques par contre, les techniques culturelles sur lesquelles notre civilisation e basé sont asses complexes e difficiles à maitriser. On souhaiterait donc que notre Lycée se pourrait concentrer sur ses aspects là. Ne faites pas les américains! Je vous demande d’excuser mon français allemand…

    Golo Maurer

  • Idriss

    1/le numerique EST source d’inquietude actuellement si il devient un moyen unique de transmission de savoir. Le rapport entre enseignant et enseignè se trouve desuet et automate.
    2/ il est tolerè pour la prèparation des exposès et de lien entre l enseignant et l èlève dans la communication mais n est pas acceptè en tant comme plate forme d apprentissage et de devoirs. Je continue a previlegier le format papier pour les devours
    3/ le numerique comme moyen de communication, d expose,d’enrichisessement en complement des courset pas comme base de cours
    4/refus categorique d acquisition de PC comme fourniture scolaire et l utilisation des PC á longueur de journèe et pour l enseignement et pour faire les devoirs

  • Jihane al jami

    Bonjour,
    Le numerique est une grande inquietude pour moi, la plupart des recherches ont prouvé que le numérique a des effets néfastes sur les enfants.
    En principe, à la maison ils ont accès aux tablettes et aux ordinateurs pour le travail de l’école et les recherches.
    J’essaie de gérer au maximum le temps de connexion mais je me dis que c’est toujours beaucoup.
    Pour moi l’école doit former les enfants au numérique mais en tant que matiere et non pas comme outil de travail et nous l’imposer autant que parents et nous imposer de le payer ( y compris les risques de vol ou de casse ) c’est décevant.
    Le numérique n’a pas de plus value significative mais surtout des inconvénients sur la santé de l’enfant, son apprentissage (concentration, écriture, communication….).
    Pour moi le numérique s’il doit être appliqué c’est au lycée mais pas avant.

  • Carole de Rham

    OUI , le numérique est une source d’inquiétude pour moi, en tant que parent. J’ai 3 enfants qui adorent jouer avec leurs tablets et l’i-phone. J’ai été obligée d’acheter une application qui bloque l’usage des jeux et de YouTUBE, donne des horaires et bloque certains sites. Les enfants utilisent souvent l’excuse qu’ils doivent consulter PRONOTE, ou faire des recherches pour l’école et ils arrivent ainsi à se brancher sur leurs jeux ou écouter des Youtubers à mon insu. Malheureusement, je ne pense pas que cela contribue à les rendre plus intelligents. Ils adorent lire, mais si je ne bloque pas le numérique….ils ne liraient plus jamais! Je pense que l’école doit former les enfants à utiliser les ordinateurs, afin d’apprendre à rediger et faire des recherches. Par contre, je trouve dommage, que désormais, quand ils cherchent des mots dans le dictionnaire , ils allument l’ordinateur au lieu d’ouvrir le dictionnaire. Ils ne savent pas ouvrir une enciclopedie….en papier. Les recherches devraient aussi se faire dans des bibliothèques.
    D’un coté ils ne doivent pas être OUT, mais de l’autre coté de la balance, ils sont obsédés par ces jeux et souvent dans leurs temps libre …au lieu de voir un documentaire ou un beau film ils jouent avec leurs tablets avec leurs camarades de classe à travers le WIFI. Ils socialisent différemment, et à mon avis cela est mauvais.
    NB. pour la dyslexie, il en va tout autrement.

  • Sophie

    Bonjour,
    En tant qu’enseignante et parent d’élève, je souhaite que l’école reste le lieu où les enfants puissent se « reposer » des écrans plutôt que de se retrouver de nouveau face à des tablettes. Je me permets de renvoyer au rapport de l’ANSES 2016 sur l’exposition des enfants aux radiofréquences et à ses conclusions quant aux conséquences néfastes de ces fréquences sur les fonctions cognitives et le bien-être des enfants.
    En revanche, il me paraît impératif et urgent de former nos enfants aux dangers et aux questionnements existentiels majeurs que l’usage généralisé du numérique implique – il faudrait que les enseignants puissent être solidement formés sur ce sujet.
    Il en va enfin de la responsabilité de tous d’être vigilant sur l’usage et le temps passé derrière nos téléphones, ordinateurs ou tablettes.
    Bien cordialement,
    SB

  • chefchaouni zouhair

    Parent de deux enfants scolarisés en 2nde et en CE2 à Casablanca, j’ai adressé ce courrier à l’équipe de direction et souhaite en faire part sur le forum ouvert aux parents :

    Monsieur le Proviseur,

    Je vous remercie pour cette initiative de pouvoir donner la parole aux parents d’élèves à travers le lien http://numerique.mlfmonde.org/» afin que les parents puissent relater leurs expériences avec le numérique et notamment à l’intérieur de leur domicile puisque ce projet en soit, s’exporte de faite à l’intérieur du foyer familial, au vu des devoirs en ligne et des correspondances et de la disponibilité en documents numériques que les élèves auront à manipuler et utiliser.

    Je rebondis sur notre discussion qui avait été partagé au lycée Massignon Casablanca lors de la réunion de présentation du projet numérique d’établissement fin 2017, projet qui n’a pas eu lieu cette année du fait probablement de manque de communication, de concertations, et de sécurité nécessaire à la mise en place de ce dernier.

    N’étant absolument pas contre le numérique, et étant conscient que le numérique fera partie du quotidien de l’apprentissage et de la vie de nos jeunes élèves, Il m’est important d’attirer votre attention sur plusieurs points : le numérique non maîtrisé notamment à l’école ou hors de cette dernière (et c’est bien là le problème souligné) peut aboutir à plusieurs effets négatifs dont je ne citerai que certains pour lesquels nous avons été nous-même confronté au sein de notre famille :
    o déstructuration familiale,
    o dispute régulière avec les enfants et perte de la sérénité familiale,
    o suivi psychologique des enfants : nous avons découvert que bien d’autres enfants du site Massignon étaient en suivi psychologique pour les mêmes raisons et cette information passait à bas bruit par pure pudeur des familles,
    o confiscation des appareillages pour la connectivité des enfants (réseaux sociaux, jeux en ligne, …) alors que les enfants demandaient les appareillages pour soit disant faire leurs devoirs.
    La confiscation des appareillages aboutit de fait à un échec, étant donnés que ces derniers ne faisaient plus leurs devoirs car il n’était plus connecté à Pronote, ni au site de l’école et ne pouvait donc pas voir les liens qu’on leur demandait de consulter,
    o installation de pare-feu à la maison, de logiciels de blocage au sein des ordinateurs, de logiciels de contrôles parentaux assez puissants qui ont été dans mon cas particulier, complètement déjoués par mon fils après installation de VPN et de différents logiciels de modification des adresses Mac des appareillages,
    o abandon du sport, abondant de la lecture, abandon de moments d’échanges et de partages nécessaires à la structuration de l’esprit des enfants,
    o le temps passé sur les réseaux sociaux et les jeux en ligne est supérieur à 4 heures par jour,
    o et bien d’autres événements informatiques et familiaux que je ne citerai pas dans ce courrier.

    Personnellement, mon fils a de bons résultats à l’école, ma fille moins bien mais elle est encore dans les petites classes.

    En revanche, concernant mon fils, la non pratique du sport (alors que ce dernier était très sportif), la diminution importante des relations naturelles de discussion et de lecture familiale aboutissent (par rapport à la norme éducative) à une déstructuration inacceptable, directement corrélé à la connectivité, à la disponibilité en appareillage, à la navigation sur Internet et ce, malgré toutes les mesures informatiques de sécurité qui ont été prises à son égard allant même à une aide psychologique pouvant rétablir une situation normale.

    J’ai donc pris la décision d’enlever l’Internet, de ne plus avoir d’appareillage ni de télévision à la maison et, ainsi, toute la vie de foyer est redevenue normale avec un partage de discussion, de pratique du sport, de lecture et tout ce qui s’en suit dans le cadre de ce qui nous a été appris en matière d’éducation.

    Cette corrélation a même été testée à plusieurs reprises durant toute l’année afin de m’assurer qu’il s’agissait bien dans ce cas d’un problème clairement dépondant de la disponibilité en appareillage.
    Le plus gros problème à mon sens et au vu de cette corrélation testée à plusieurs reprises est donc la disponibilité en appareillage pour ces enfants avec une connectivité libre sur Internet (pour soit disant se connecter sur le site de l’école) aboutissant donc au retour de ces derniers sur le web (avec utilisation de différents moyens VPN et contrôle mac) engendrant ainsi tous les évènements suscités.

    N’étant pas moi-même bien au contraire contre le projet numérique et étant bien conscient que ce dernier est important pour leurs apprentissages et leur époque, je souhaiterai attirer une attention particulière sur le côté technique de la mise en place de ce projet.

    Je souhaiterai moi-même, ainsi que nombre de famille qui partage mon expérience que tous les moyens nécessaires soient mis sur les appareillages qui leurs seront fournis et sur la plateforme informatique de l’école afin que les enfants et élèves puissent :

    o se retrouver avec des appareillages complètement bridés ne leurs permettant aucune navigation libre
    o qu’ils ne puissent se connecter qu’à la plateforme éducative par une connexion extranet contrôlée
    o à partir de la plateforme de l’école visionner les liens nécessaires à leur apprentissage éducatif
    o que Google en mode recherche libre ne soit plus disponible, et que ces recherche ne puisse se faire qu’à partir de la plateforme de l’école
    o que la plateforme de l’école installe, gère, modifie, maitrise les liens et les sites pour une vie sereine, éducative avec interdiction des réseaux sociaux et des jeux en ligne.

    Ces mesures importantes laisseront la connectivité libre des réseaux sociaux, des jeux en ligne la responsabilité seule des familles et permettront à l’école de ne pas être coresponsable de ces comportements à travers les appareillages qui leurs seront fournis et redonneront à ce projet numérique encore plus d’intérêt et de valeur.

    Monsieur le Proviseur,
    Il s’agit d’élevés généralement tentés, en période pubertaire, pour lesquels nous avons une responsabilité commune, et ainsi l’extension du numérique hors de l’école demandée à travers ce projet, rendra l’école de ce fait coresponsable de ce qui pourrait se passer dans les foyers autour de la disponibilité des appareillages et de la demande éducative qui continue à la maison à la demande de l’école.

    Sans vouloir être répétitif, le problème est bien là : la disponibilité en appareillage non contrôlée permettant à ces enfants d’installer, désinstaller, dérouter. Ces comportements rendent ces élevés ″des petits geeks informatiques″ plutôt que des élèves en cours d’apprentissage de leurs leçons, de leurs théorèmes et ayant des moments de lecture nécessaires avec une vie familiale, sentimentale et sportive sereines.

    Paraît-il, Monsieur le Proviseur , dans différentes écoles en Europe, au Canada et aux Etats-Unis, les appareillages fournis sont programmés et homologues afin de limiter l’accès à l’Internet et ne laisser qu’une voix de connexion Extranet strictement contrôlée et sécurisée pour que ces enfants ne puissent se connecter qu’à la plateforme éducative et par ce biais leur permettant ainsi une navigation sereine et sécurisée rentrant dans le cadre de ce projet numérique et mettant à leur disposition les éléments de l’apprentissage numérique nécessaire.

    Monsieur le Proviseur,

    Si ces mesures sont prises dans le cadre du projet numérique alors à mon sens la nécessité d’avoir un ordinateur chez soi pour l’apprentissage numérique est une idée merveilleuse et nous aurons réussis tous ensemble parents et école à mettre en place un projet numérique serein pour l’objet éducatif et ne laisser la responsabilité du numérique libre qu’au Parent des élèves.

    En revanche, si ces mesures ne sont pas prises, soyez certain, Monsieur le Proviseur , que chaque enfant qui aura un ordinateur chez lui (non sécurisé et programmé de la sorte) se cachera derrière l’apprentissage numérique et les devoirs en ligne pour pouvoir aller sur YouTube, sur les réseaux sociaux, sur les jeux interactifs en ligne et l’apprentissage passera en seconde position : ce projet sera à mon sens un échec en soit et ouvrira la porte aux aides psychologiques que nous verrons grandissantes.
    Nous nous retrouverons dans ce dernier cas, et pour contrôler ce projet numérique qui s’étendra a fortiori dans les foyers, devant la nécessité d’un gendarme parental assis devant l’élève pour pouvoir s’assurer de la réalisation de ses objectifs éducatifs et surveiller ce qu’il fait : ces comportements me semblent être impossibles de nos jours, voués à un échec patent et engendrant de ce faite pour la plus part des familles tous ce que nous avons décrit comme méfaits précédemment.

    Par ailleurs, aujourd’hui les établissements pensent que des enfants hyper connectés, ou de dénomination ″ geeks informatiques″ soient des cas particuliers , comme vous me l’aviez suggéré concernant mon fils, et ainsi, de tel cas seront traités et coachés dans le cadre de cellules dédiées : l’idée n’est pas la même auprès des familles et concerne énormément d’enfants si ce n’est la majorité.
    Ainsi pour vérifier ces propos ( majorites et non pas des cas partivuliers) , je vous propose afin avant de lancer ce projet numérique, de faire le choix d’appareillage et de mettre les moyens nécessaire pour brides ces derniers, de faire un sondage auprès des familles en leurs posant de simples questions :
    o Quelles sont les familles qui enlèvent les ordinateurs aux enfants afin que ces derniers puissent apprendre leurs leçons et faire leurs devoirs ?
    o Quelles sont les enfants qui se connectent plus de 3 à 4 heures par jour ?
    o Quelles sont les familles qui souhaiteront avoir un ordinateur bridé ne permettant pas les jeux et les connections libres des enfants à domicile ?
    o Quelles sont les familles qui reconnaissent que leurs enfants font moins de sport, moins de lecture, et ont de moins en moins de relations au sein même de la famille et dont la cause directe est corrélée à la disponibilité d’appareillage libre et non sécurisée ?
    o Quelles sont les familles qui font le gendarme à la maison lors de la disponibilité des appareillages par les enfants au moment de faire leurs devoirs afin de s’assurer que leurs enfants remplissent bien leurs objectifs éducatifs et qu’ils ne sont pas en ligne pour d’autres raisons?
    o Quelles sont les familles qui souhaiteront que le projet numérique voit le jour dans un environnement technique permettant de répondre à tous ces questionnements ?

    Monsieur le Proviseur,

    Ces questions simples pourront vous renseigner sur les problèmes que vivent à bas bruit ces familles et vous permettront de mieux colliger, coordonner, sécuriser ce projet numérique que je trouve en soi très intéressant.

    En conclusion, l’apprentissage se fait à l’école, et continuera à la maison de fait, encore plus efficacement avec ce projet numérique.

    Les établissements et les concepteurs de ce projet doivent partager cette responsabilité (souhaitée à leurs demande) afin :
    o que les appareillages et la connectivité à distance dans le cadre de l’extension de l’apprentissage à domicile soit complètement maîtrisée et sécure pour les enfants ;
    o que leur objectif soit l’utilisation des appareillages et du numérique dans le cadre de l’apprentissage et non pas l’utilisation de l’outil numérique pour fuir inconsciemment l’apprentissage.
    o Que la connectivité libre ne soit que le seul choix et responsabilité des parents

    Ces mesures permettront, je le suis sûr, de retrouver la sérénité familiale et laisseront du temps libre à ces enfants pour la pratique de sport, la lecture, le partage, éloignant ainsi ″ ce danger numérique ″ aboutissant souvent à des catastrophes psychologiques ainsi que des déstructurations d’enfants et de familles.

    Je vous prie de croire, Monsieur le Proviseur, en mes sincères salutations, et je reste disponible à toute entrevue qui pourrait apporter et participer à la réussite de ce projet numerique.