Les formations recherche du Forum – 2018-2019


Cette année, de nouvelles formations sont proposées sur le Forum pédagogique : des experts et chercheurs font une présentation en une heure d’un point précis de leurs recherches.

Littérature et éducation à l’altérité du cycle 1 au lycée
Présentation
Comment favoriser une appréhension effective de l’altérité par les élèves dès l’école maternelle ? Pourquoi et à quelles conditions la littérature est-elle un support privilégié de l’éducation interculturelle ? Cette conférence se propose de croiser les enjeux épistémologiques, didactiques et pédagogiques de la littérature et de l’interculturel en s’appuyant sur des exemples concrets, de la maternelle au lycée, afin d’en proposer des pistes d’exploitation en classe. Prendre conscience de ses représentations, déconstruire la diversité de façade, interroger les stéréotypes, faire de l’élève un sujet lecteur impliqué questionnant son identité… autant de points de passage essentiels qu’il s’agira d’explorer.
Intervenante
Magali Jeannin
Date
18 septembre 2018
Principes généraux de linguistique appliquée : comment apprend-on une langue ?
Présentation
Comprendre les principes généraux d’acquisition des langues (maternelles, secondes ou étrangères) facilite grandement l’enseignement. Si l’on comprend comment le cerveau fonctionne, quels sont les éléments sine qua non pour apprendre une langue, alors on obtient de meilleurs résultats et l’apprentissage se fait plus facilement et plus rapidement.
Intervenante
Nadine de Moras
Date
25 octobre 2018
Compréhension en lecture aux cycles 2 et 3
Présentation
Cette intervention a pour but d’amorcer une réflexion sur l’apprentissage de la compréhension en classe quelle que soit la matière ou la discipline.
On y verra :
Ce qu’on entend par comprendre un texte.
Les limites des questionnements traditionnels des textes
La nécessité de croiser des stratégies différentes pour multiplier les capacités nécessaires pour comprendre ce qu’on lit.
La nécessité de doter les élèves d’une posture de lecteur dès les premiers apprentissages.
Intervenante
Maryse Brumont
Date
28 novembre 2018
Accompagner l’enfant dans son apprentissage du langage
Présentation
Comment guider les professionnels de l’éducation enfantine sur les conduites langagières à mener pour aider efficacement les enfants à apprendre à parler ? Présentation l’articulation entre la recherche sur les modalités d’une interaction langagière adaptée et sa mise en œuvre concrète dans les structures éducatives, préscolaires et scolaires, pour former les praticiens à une véritable expertise du langage.
Intervenante
Emmanuelle Canut
Date
29 novembre 2018
L’étude des erreurs – je suis faim, j’ai arrivé, elle est grand
Présentation
Pour corriger les erreurs, il faut en comprendre les causes.
Les causes des erreurs peuvent être multiples : manque de connaissances, confusions de règles, anglicismes, influence de l’oral (fautif) sur l’écrit, manque de pratique, manque d’attention, etc.
Si l’on comprend ce qui cause les erreurs, on a de meilleures chances de trouver des stratégies pour y remédier.
Nous verrons d’abord  donc ce qui cause les erreurs. Puis, nous verrons les erreurs les plus fréquentes pour les apprenants anglophones et nous en analyserons les causes. Nous discuterons de stratégies différentes selon les erreurs, et les participants seront encouragés à proposer des stratégies. De plus, les stratégies doivent correspondre au niveau cognitif, métacognitif et linguistique des apprenants.
Nous verrons ensuite des activités correspondant à différents types d’erreurs pour anticiper, prévenir et limiter les erreurs. Nous discuterons ensuite d’exemples d’activités de travail sur les erreurs qui peuvent être enrichissantes et amusantes pour les élèves de tous âges et niveaux.
Intervenante
Nadine de Moras
Date
12 décembre 2018
Le genre grammatical
Présentation
Le genre est probablement le plus difficile à apprendre pour les non-natifs qui continuent à faire de nombreuses erreurs de type ma rêve jusqu’à un niveau avancé.

D’un point de vue sémantique, rien n’explique que la chemise est un nom féminin alors que le chemiser est un nom masculin. Le genre est déterminé par les terminaisons des mots (par exemple, les mots en –age sont masculins). Toutefois, l’un des problèmes est qu’il y a de nombreuses terminaisons et que plus les élèves apprennent des mots et des terminaisons, plus ils les mélangent. L’enseignement du genre ne semble pas porter de fruits. Les apprenants continuent à faire des erreurs. Les recherches dans ce domaine ont d’ailleurs donné des résultats très limités.

Nous verrons ici comment les enfants apprennent le genre en langue maternelle, pourquoi c’est si difficile à apprendre pour des non-natifs, et comment l’enseigner.

Afin de maitriser le genre, il faut accroitre le vocabulaire de l’apprenant tout en travailler ce point de façon régulière, pendant plusieurs années. C’est toutefois possible, mais avec certaines conditions et du temps.

Intervenante
Nadine de Moras
Date
14 février 2019
Deux langues, deux cultures : Motivations et finalités des mélanges linguistiques chez les locuteurs bilingues (Alternance Codique)
Présentation
Quelles sont les motivations et finalités des mélanges linguistiques chez les locuteurs bilingues ?
Intervenant
Charles Brasart
Date
20 mars 2019
L’enseignement de la grammaire : exemple des accords adjectifs-nom
Présentation
Il semble facile de maitriser le concept de l’accord adjectif-nom. Si le nom est féminin, on met un E à l’adjectif. Si le nom est pluriel, on met un S à l’adjectif. Je l’ai déjà répété 100 fois, et pourtant les élèves continuent à ne pas faire l’accord, comme si on ne l’avait jamais vu !
Que se passe-t-il ? L’un des problèmes quand on enseigne ce point de grammaire est qu’on sous-estime la difficulté et les étapes par lesquelles il faut passer. Brûler les étapes n’aide pas les apprenants.
Nous verrons ici pourquoi il est si difficile pour les apprenants de maitriser cette règle et de l’appliquer de façon systématique. Nous verrons les étapes par lesquelles il faut passer, et quelques outils et idées pour enseigner chaque étape, et quelques exemples d’activités possibles.
Intervenante
Nadine de Moras
Date
17 avril 2019
Prononciation du français 1– éléments fondamentaux
Présentation
Les éléments phonétiques différents entre le français et l’anglais sont ceux qui créent le plus de problèmes. Tout le monde est conscient de la difficulté que représente l’absence de certains concepts en langue maternelle, tels que la prononciation du /y/ (u), et du /ʁ/ (r). Par contre, lorsque certains éléments existent mais sont différents, cela représente souvent un problème encore plus grand. En effet, d’autres aspects phonétiques sont sous-estimés alors qu’ils créent pourtant de gros problèmes tels que la prononciation des consonnes finales, les combinaisons de lettres (sion, tion), les liaisons et enchaînements, ou la durée des consonnes (et semi-consonnes) finales du type –el/-elle,  -eil/-eille. Si les apprenants n’entendent pas la différence, ne prononcent pas correctement les phonèmes, mots et phrases et n’ont jamais fait attention à certains « détails », cela a des répercussions notamment sur la compréhension et l’écriture. En effet, si les élèves prononcent les consonnes finales muettes (comme dans grand), ils peuvent reproduire la prononciation du d et écrire ensuite un e à l’écrit (grande). En fait, il ne s’agit pas d’une faute d’accord, mais de prononciation fautive reproduite à l’écrit.
Nous nous concentrerons ici sur la prononciation des consonnes finales, et les consonnes finales muettes, comment les enseigner et quelques exercices de pratique.
Intervenante
Nadine de Moras
Date
9 mai 2019
Prononciation du français 2 : intonation, accentuation de syllabe, liaisons et enchaînements
Présentation
Les liaisons et enchaînements constituent un aspect important de la chaîne parlée et de la fluidité orale. Étant donné que les liaisons sont uniques au français et qu’on ne fait pas autant d’enchaînements en anglais, la tendance des apprenants est de prononcer les mots séparément, plutôt que de les assembler en groupes rythmiques. Cela ralentit le discours et donne une impression de langue artificielle non native. Des mots séparés au lieu d’être enchainés, des mots accentués sur la première syllabe au lieu de la dernière et une intonation fautive, créent un accent très marqué, même si tous les phonèmes sont bien prononcés.
De plus, les apprenants qui ne font pas les liaisons ont plus de mal à reconnaître des séquences lorsque celles-ci sont enchainées. Autrement dit, les liaisons et enchaînements sont importants pour la production et la compréhension orales.
Nous verrons les classifications des liaisons et surtout des façons de les enseigner de façon simple avec quelques exercices pour pratiquer ces concepts : lecture à haute voix, mouvements du corps, instruments de musique, et autres activités pour tous les âges.
Intervenante
Nadine de Moras
Date
6 juin 2019

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *